On parle beaucoup de la méditation, mais pourquoi méditer ? à quoi cela sert il ? comment s’y prendre ? quels sont les moments les plus adéquats pour méditer ? y a t il des endroits qui conviennent mieux à nos temps de méditation ?

 

Méditer est un état de calme, de paix, de joie, de sérénité, de stabilité intérieure. C’est l’état naturel de notre esprit… Vivre dans cet état toutes les activités de notre quotidien – marcher, cuisiner, manger, écrire, travailler, être en relation avec les autres, relié à la Nature, etc. – nous rend évidemment très heureux !! 😊

C’est ce qu’on appelle aussi vivre en pleine conscience : effectuer tout acte en étant pleinement conscient.e de ce que l’on fait, au moment où on le fait… 🙏🏻

 

Et pourtant… il est si difficile d’atteindre cet état, pour des raisons essentiellement liées à notre agitation mentale, aux scories de notre ego blessé et encore marqué par les traces douloureuses du passé…

 

Alors, si on le désire, si on veut se transformer, être (plus) heureux, on va s’entraîner… en prenant délibérément cette attitude de méditation assise en silence.

Pour cet entraînement, voici quelques pistes à explorer sous la forme de questions et de réponses…

 

 

Stable comme la montagne
Enraciné et étiré comme l’arbre
Léger et éphémère comme le coquelicot
Profondément calme comme les profondeurs de l’océan

Pourquoi méditer ?

Il y a une multitude de réponses à cette simple question.
Déjà Patanjali dans les Yoga Sutrâ (Ve siècle avant J.-C.) décrivait le fonctionnement de notre mental (qui n’a pas changé depuis cette époque !!) comme étant l’objet d’une agitation incessante, comme un tourbillon (« vritti » en sanskrit signifie « modification, agitation, perturbation »).

Le but du yoga n’est rien d’autre que  « l’arrêt de l’agitation automatique du mental  » : « yoga chitta vritti nirodhah » (I, 2).

 

Alors pourquoi méditer ?

– Parce que la méditation, c’est un moyen de se connaître vraiment, à travers l’observation de notre monde intérieur. C’est le secret de la conscience, de la paix et du coeur. C’est la présence à soi et au monde. C’est accorder nos pensées, nos sentiments à nos paroles et à nos actes. C’est retrouver la joie : car, à son tour, la joie favorise la concentration, la mémoire, l’inspiration, la créativité, la bonne santé. En méditant régulièrement, on met en place un cercle vertueux.

– Parce que méditer nous montre le chemin pour nous relier à notre véritable nature qui est faite de calme, de sagesse et de joie.

– Parce que méditer, c’est retrouver l’émerveillement de son coeur d’enfant. C’est apprendre à devenir autonome émotionnellement en se consolant soi même quand des émotions désagréables surgissent.

– Parce que méditer, c’est habiter son corps : d’où l’intérêt de pratiquer les postures et les enchaînements du hatha yoga , qui, au fil du temps, transforment notre corps et nous permettent de tenir durablement la posture assise sans souffrir !! 😉 😊

Les bénéfices de la méditation pratiquée de manière régulière :

Concentration et attention : se recentrer et suivre sa ligne. Venir se centrer dans le centre de gravité du corps (= bas ventre) et dans son axe central (= colonne vertébrale). Se centrer en soi est essentiel lorsqu’on se sent stressé, angoissé. Méditer régulièrement permet de développer ses capacités de concentration et d’attention.

Présence : le secret de la présence, c’est la lenteur. Pour ralentir nos pensées,  ralentissons nos gestes, nos paroles, et… arrêtons nous !!

Stabilité de l’esprit : grâce à l’immobilité du corps, on stabilise son mental.

Regain d’énergie : sentir l’énergie vitale circuler en soi et retrouver de l’énergie quand on se sent fatigué.

Acceptation : dire oui à la vie, ce oui de l’accueil inconditionnel. Dire oui à ce qui est, à la réalité de la vie présente, à la réalité de notre corps, à la réalité de notre esprit, dire aussi oui à nos tensions, à nos émotions. Dire oui à tout ce qui arrive dans notre vie, le bon comme le moins bon, sans discrimination. Adhérer totalement à ce oui intérieur. Car chaque fois qu’on se résigne ou qu’on rejette ou refuse quelque chose, cela crée une tension ou une souffrance…
« Tout ce à quoi je résiste persiste » dit on… et c’est tellement vrai !  😉

Apaisement des émotions : revenir dans son coeur et se réconcilier avec ce qui nous agite. Les émotions désagréables sont perturbatrices, elles sont comme une tempête !! Méditer va nous montrer comment retrouver le calme de notre nature profonde, cette partie qui est toujours stable au fond de nous et sur laquelle nous pouvons nous appuyer à tout moment, surtout quand la tempête fait rage !! Les émotions sont des ponts à traverser : grâce à une attention vigilante et à la bienveillance que j’ai avec moi même, j’accueille puis traverse l’émotion comme un voile que je déchire pour aller vers le calme et retrouver la beauté de mon temple intérieur. Méditer me permet de stabiliser mes émotions.

Intention : poser une intention claire pendant la méditation et la maintenir après, puis la nourrir jour après jour afin que cette intention se réalise dans notre vie et nous aide à nous transformer réellement. Méditer en posant une intention nous ouvre à la possibilité de transformer notre vie. Cette intention est comme le Sankalpa que l’on formule au début du yoga nidra.

Comment méditer ?

* Les 7 axes de la posture :

Pour se sentir bien, sans tensions, en restant assis, immobile, en silence, il convient de respecter ces 7 principes de la posture.
Pour bien mettre en place ces principes, l’idéal est de pratiquer régulièrement une activité corporelle comme le hatha yoga afin d’être totalement à l’aise dans son corps. 😉 😊

la posture assise : il est tout à fait possible de s’asseoir sur une chaise à partir du moment où l’on ne s’adosse pas sur le dossier ; sinon on s’assied en tailleur sur un zafu (coussin de méditation, ou sur un petit banc de méditation, afin de surélever légèrement le bassin (à même le sol, c’est difficile…).

la colonne vertébrale : le dos doit être droit sans rigidité. Quand on se sent droit, on se sent digne, déterminé, confiant, cela nous transforme intérieurement !

les épaules : elles doivent être détendues.

– la nuque : elle doit être étirée, avec une très légère inclinaison du visage vers l’avant, pour permettre une plus grande introspection.

les mains : on peut déposer délicatement nos mains sur nos cuisses ou nos genoux, sans crispation. Les paumes sont tournées vers le Ciel, ou vers la Terre. Ou bien : la main droite délicatement posée sur la main gauche. Symboliquement, c’est la main gauche (représentant la dimension féminine = réceptive) qui accueille la main droite (représentant la dimension masculine  = active). Les pouces se touchent presque.

le regard : les yeux peuvent être ouverts pour favoriser l’attention vigilante, mais alors le regard se pose sur le sol, à environ 1 mètre devant soi (pour éviter d’être distrait par l’environnement). Ou alors on ferme les yeux en gardant les paupières délicatement posées sur les yeux, sans crispation, ce qui facilite la visualisation. Ou encore, les paupières mi-closes, pour être à la fois attentif à ce qui se passe en soi et présent à l’environnement.

la langue : on la garde relâchée, au milieu de la bouche, dans sa position naturelle, la pointe de la langue touchant la base des dents du bas.

 

*Les supports de la méditation : il s’agit de porter son attention sur un objet précis, c’est-à-dire :

1) d’observer simplement, sans juger :

sa respiration : suivre sa respiration et constater qu’à partir du moment où on l’observe, tout doucement, la respiration se réharmonise et s’allonge d’elle même, c’est magique… ! 🙏🏻
Dans la respiration, le temps prend son temps !! Ecouter le silence entre l’inspir et l’expir :

« comme un temps suspendu entre deux notes de musique, entre deux mots d’amour » écrit Alain Riou dans son Journal de méditation.

Respirer profondément permet de stabiliser notre mental, de réguler nos humeurs et nos émotions, et nous aide à mieux orienter notre vie. La respiration est la clef de la stabilité intérieure.

les sons environnants : percevoir juste les sons, sans analyse ni jugement.

ses sensations corporelles : ressentir son corps, se concentrer sur les sensations corporelles (même les plus minimes) au fur et à mesure où on les perçoit.

ses pensées : observer ses propres pensées

2) de prononcer mentalement un mantra : par exemple le OM, ou SO HAM (SO sur l’inspir, HAM sur l’expir).

3) de méditer sans aucun support : en gardant notre conscience libre et ouverte, sans s’attacher à rien : observer les sensations, les pensées, les impressions, en restant le témoin neutre et bienveillant de l’expérience.

*Durée de la pause méditation :

Au début 5-10 minutes, puis 25 minutes, 40 minutes… ou plus !! 😉 😊
Le plus important, c’est la régularité : tous les jours un petit peu, c’est mieux qu’une fois par semaine sur une durée plus longue….

*Méditer demande un entraînement quotidien…. 🙏🏻

Quand méditer ?

* Tous les moments sont bons pour méditer !! Le plus important est de s’écouter et de méditer quand on en ressent le besoin : besoin de se poser quand on est fatigué ou énervé ; besoin de calmer l’agitation mentale quand on se sent anxieux ou angoissé ; besoin de laisser le cerveau au repos quand on a une surcharge de travail ou d’activité physique ou mentale…

*Toutefois, lorsqu’on débute, il est important de se fixer des rendez vous précis.
Par exemple :
le matin au lever, ou avant (ou après) votre petit déjeuner, ou juste avant de partir au travail.
le soir au coucher.
Ce sont les deux moments les plus propices : avant d’entrer dans une nouvelle journée, pour se sentir frais et dispos. Ou avant de dormir, pour clore la journée et dormir paisiblement.

– ou bien : en fin de journée, lorsque vous rentrez de votre travail, comme un sas de transition avant de retrouver votre famille et/ou votre vie personnelle.

– ou encore : à l’heure du déjeuner, ou juste après le déjeuner

Dans tous les cas, on choisit le moment le plus propice en fonction de notre emploi du temps et aussi de nos contraintes. On fait au mieux…
Et on le fait par choix, et non par obligation : rien de que l’on fait par obligation ne fonctionne !!. On ne peut pas évoluer si on s’impose quelque chose… On le fait par choix parce qu’on sait que cela va nous faire du bien, c’est tout !! Et on réorganise sa vie à partir de ce choix.

Où méditer ?

* Lorsqu’on se donne un rendez vous à soi même pour un temps de méditation, l’endroit est important :

chez soi : trouvez un endroit où vous ne serez pas dérangé (pensez à éteindre votre téléphone portable !!), où vous vous sentez bien. Vous pouvez si vous en avez envie décorer cet endroit de symboles qui vous aideront à entrer en méditation (objet, livre, bougie, image…).

dans la salle de yoga, ou le dôjô de votre professeur.e : ce sont des lieux qui invitent naturellement à la détente et à l’apaisement. Dès qu’on entre dans la salle, on s’y sent bien… C’est ce que me disent mes élèves : certain.es se mettent à bâiller (signe d’un début de détente du corps et du cerveau) dès qu’ils posent le pied dans ma salle !! 😉

sur votre lieu de travail : certain.es de mes élèves me racontent qu’ils vont s’enfermer dans les toilettes pour faire leur pause méditation. Comme vous voyez, tout est possible !! 😉

dans la nature : c’est magnifique de pouvoir se poser dans la nature et de méditer, j’adore ces moments !! Ne vous en privez pas, ils sont très ressourçants.

* Au fil du temps, on apprend à se mettre en état de méditation dans n’importe quel endroit : s’envelopper dans une bulle de calme intérieur quand on est au milieu de la foule, ou dans un endroit bruyant, ou dans un environnement qui nous déplaît, ou avec des personnes avec qui on n’est pas en accord…. C’est comme se mettre à l’écart tout en étant totalement présents, mais sans être impactés par ce que l’environnement pourrait nous envoyer de négatif. C’est une forme de protection que l’on apprend à se donner à soi même. 🙏🏻

 

Bon à savoir :

Méditer, ce n’est pas :

– faire le vide de ses pensées : ce n’est tout simplement pas possible !! tout au plus pouvons nous mettre un peu plus d’espace entre chaque pensée. Nous avons en moyenne 60.000 pensées par jour, rien que ça…

– s’isoler du monde

– chercher des sensations extraordinaires

– chercher à obtenir des pouvoirs surnaturels ou autres aspects ésotériques fumeux…

– chercher à vivre une expérience mystique… et si ça peut l’être parfois, ça arrive quand on ne s’y attend pas 😉 😊

– la méditation ne s’adresse pas à des personnes présentant des troubles psychiatriques graves ; dans certains cas, ces personnes peuvent s’initier à la méditation, mais uniquement sous le contrôle d’un médecin ou d’une équipe médicale.

 

 

Crédits Photos : Fabienne Costa et L’Oeil de Lou

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!