Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Dans l’ « Ashtanga Yoga » de Patanjali tel qu’il est décrit dans les Yoga Sûtras (II, 29, et  II, 35-III,3), le yoga « postural » (asâna) n’est que le troisième des huit membres (ou branches ou étapes) de la voie du yoga, l’« Ashtanga Yoga » (« anga » signifie « membre » et « ashta », huit).
Afin d’atteindre la dissolution de l’ego et (peut être… un jour !…) la réalisation de Soi et l’union avec la Conscience absolue qui est le but du yoga, il est recommandé de suivre une discipline (Sadhana) et des règles éthiques, afin d’intégrer dans sa vie quotidiennes ces huit étapes :

Les 8 branches ou étapes du yoga :

YAMA : disciplines éthiques externes, c’est à dire les attitudes renoncées
NIYAMA : observances éthiques internes, c’est à dire les attitudes adoptées
ASANA : postures corporelles et enchaînements
PRANAYAMA : exercices de respiration consciente et rythmée
PRATYAHARA : techniques de relaxation / retrait des sens / intériorisation du corps, de l’âme, de l’esprit
DHARANA : concentration, fixation du mental sur un objet déterminé
DHYANA : méditation, contemplation, état de concentration totalement unifié
SAMADHI : béatitude, illumination, extase/enstase, vie unitive avec le Divin

Ces 3 dernières étapes sont considérées comme les attitudes intérieures et « états supérieurs » (SAMYAMA) de la voie du Yoga.

 

Dans son livre Petite spiritualité du yoga, Ysé Tardan-Masquelier parle des Yoga Sûtras de Patanjali. Elle explique que « la pratique, pour être ajustée et transformatrice, doit s’appuyer sur un certain nombre de décisions éthiques préalables : il y a ce que l’on doit, désormais, se refuser à faire (YAMA), et il y a les comportements que l’on se doit d’adopter (NIYAMA) ».
Elle précise que « les premiers actes à poser sur le chemin du yoga sont souvent désignés par des termes négatifs : a-himsâ, la non-nuisance, a-steya, la non-appropriation, a-parigraha, la non-possession, commencent par le préfixe sanskrit privatif a-. […] Selon un thème cher à l’Inde, le problème auquel répond ce code éthique est celui de la méconnaissance ou de l’aveuglement dans lesquels se trouve engluée la conscience humaine. Avidyâ, c’est cette forme particulière d’ignorance qui n’est pas un manque de savoir, mais l’incapacité native à voir la réalité telle qu’elle est. Pour le yoga, la sortie d’avidyâ ne peut s’accomplir « sans dire non », sans renoncer donc aux attitudes qui renforcent l’ego et ne reconnaissent pas l’altérité qui nous fonde ».

 

Les règles éthiques (YAMA-NIYAMA) sont les suivantes :

Les 5 YAMAS : disciplines éthiques externes, c’est à dire attitudes auxquelles on renonce, refrénements
AHIMSA: non-nuisance, non-violence, bienveillance
SATYA : vérité, sincérité, le fait d’être vrai, de voir la réalité sans se mentir
ASTEYA : non-appropriation, le fait de ne pas voler, honnêteté
BRAMACHARYA : pureté du cœur, chasteté du corps et du mental
APARIGRAHA : esprit de pauvreté, absence du sens de la possession, détachement

 

Les 5 NIYAMAS : observances éthiques internes, c’est à dire attitudes que l’on adopte, observances
SHAUCHA : propreté
SAMTOSHA : contentement, sérénité
TAPAS : ardeur, pratique ardente
SVADHYAYA : connaissance de soi, étude de la tradition et des textes sacrés
ISVARA-PRANIDHANA : abandon à plus grand que soi/à la transcendance/au Seigneur, dévotion

 

En se référant à la tradition indienne, on voit bien que le yoga n’est pas une simple gymnastique intelligente, associée à des exercices de relaxation et de respiration, qu’il ne se réduit pas à une technique visant juste le bien être (ce qui est déjà très bien !!)…
Tout apprentissage du yoga nous invite à connaître ces étapes, à les pratiquer, à les faire nôtres…
On peut représenter ces étapes, non comme une succession logique et/ou chronologique – car le « yoga », qui est voie d’union, les inclut toutes à la fois – mais comme les branches d’un bel arbre, avec ses racines, sa sève vitale, ses feuilles, et sa florescence……
On ne peut donc dissocier les huit branches de l’arbre du yoga : elles sont toutes « yoga ». Oui, tout est « yoga » disait Sri Aurobindo…🙏

 

 

l’arbre du yoga avec ses 8 branches (= ashtanga), d’après Patanjali

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!