Cela fait longtemps que je voulais écrire cet article essentiel sur la Shakti et sur le couple Shiva-Shakti… et c’est le jour de la fête des Mères que je l’ai écrit !! ❤️

Pourquoi ?
Parce que le fait d’être mère m’a connectée à cette puissance du féminin – ce que la pensée hindoue nomme la Shakti donc – porteuse de Vie et de mort.

Et alors j’ai écrit un texte en hommage à mes fils, à ma mère, à la mère que je suis, à toutes les mères et à tous les enfants du monde !! ❤

– La puissance du Féminin :

❤️ Au sein de cette immense initiation qu’est la Vie, la grossesse et la maternité ont été dans ma vie des expériences hautement initiatiques, une voie de transformation intense. C’est, entre autres, au moment où je suis devenue mère, que j’ai rencontré sur mon chemin cette autre expérience alchimique qu’est le Yoga !!

💜 Si j’ai souvent trébuché dans mon rôle de maman et de mère, je n’ai jamais fléchi, je n’ai jamais baissé la garde et serai toujours là pour mes fils, mais aussi pour toutes les mères et les femmes que j’accompagne aujourd’hui, à travers mes séances de Yoga prénatal et de Hatha Yoga, et à travers les séances de coaching que je propose.

❤️ Je suis devenue mère le jour où mes fils sont nés, et depuis, chaque jour, je deviens un peu plus mère : grâce à eux, chaque jour, je deviens une meilleure mère (« suffisamment bonne » disait Winnicott), et une meilleure femme.
Si notre vrai maître, c’est la vie, nos enfants sont aussi nos maîtres, je ne cesserai jamais de le dire !!
Parce que, être mère – comme être père – n’est pas inné, c’est un rôle difficile : notre propre histoire de fille/fils de… nous rattrape toujours, avec son lot de blessures, de souffrances qui se ravivent le jour où l’on a à son tour des enfants…

💜 La chose la plus importante que j’aie pu offrir à mes fils, c’est d’avoir confiance en eux, de s’aimer et d’apprendre à bien se connaître.

❤️ Honorons en ce jour de fête les mères que nous sommes.
Honorons notre mère qui nous a donné la Vie.
Et honorons nos enfants chéris, ainsi que tous les enfants de la Terre : puissions nous leur offrir tout l’Amour et toute la force nécessaires pour être totalement eux mêmes, et pour être prêts à gagner tous les combats dont la Vie ne les épargnera pas.

 

💜 Et parce que la femme symbolise cette énergie qu’on nomme Shakti en sanskrit, qu’elle serve de guide à tous les humains que nous sommes : oui, relions nous tous aujourd’hui – femmes et hommes, parents et enfants – à cette énergie puissante créatrice de Vie !! 🌟

– Que veut dire Shakti ?

La Shakti représente le divin en tant que force agissante. C’est l’énergie divine représentée sous la forme féminine, le principe féminin complémentaire de l’Absolu, tel que l’envisageaient les Véda.
Elle est associée à Shiva, le divin en tant que conscience primordiale, représentée sous la forme masculine.

Le mot Shakti vient de la racine SHAK- qui signifie :
être capable, pouvoir, avoir la capacité de mettre en place les choses.
Le sens originel de la Shakti est donc :
force, pouvoir, puissance, faculté, capacité
énergie qui meut chaque chose et chaque être dans la création

 

 

– Quelle est la symbolique du couple Shiva-Shakti ?

La mythologie indienne représente le couple mystique Shiva-Shakti, symbole de la dualité de la manifestation de la Création, dont le but est l’unification des polarités contraires et complémentaires, pour atteindre l’unité du Divin.

Le principe masculin (SHIVA) incarne une puissance non active, une puissance méditative, surgissant de l’énergie incarnée par la déesse féminine (SHAKTI).

 

 

– Le but : Unifier Shiva et Shakti :

Ce couple est énergétiquement présent en chacun.e de nous, femmes et hommes, et pour désigner cette unification, on parle souvent de “mariage intérieur”.
Avant même de trouver son double sous la forme de la création du couple amoureux, il s’agit bien d’alchimiser Shiva-Shakti en soi même.

Il s’agit donc d’unifier en soi ces deux polarités Shakti-Shiva, que l’on nomme aussi Anima-Animus (= principes féminin et masculin, selon K.G. Jung), ou encore Lune-Soleil (= c’est l’un des  sens étymologiques du mot Hatha, que l’on retrouve dans Hatha Yoga).
Dans la pensée  chinoise, on parle de Yin-Yang.

 

Le Un reste toujours un, mais il se déploie en de multiples manifestations : c’est la multiplicité qui va être portée à la connaissance du monde. La quête de la délivrance consiste à retrouver ce UN dans le multiple. Le drame, c’est de perdre conscience de cette unicité. La dualité entraîne l’humanité dans l’ignorance : Avidya.

L’Avidya, c’est cette connaissance partielle de l’humain qui oublie qu’il est divin.

Le divin se scinde en masculin-féminin. Puis, à son tour, la déesse se démultiplie : dès lors, elle est créatrice et source d’illusion. On l’appelle la Maya. Le voile de la Maya fait perdre de vue que, derrière cette multiplicité, la réalité est une.
Cette déesse Maya-Shakti est à la fois celle qui égare et celle qui permet de trouver le chemin : elle est ambivalente. Mais c’est pourtant cette illusion va permettre à l’humain de retrouver l’unicité perdue.

En créant, Maya voile la connaissance suprême. Pour atteindre cette connaissance, il va falloir ôter les cuirasses (kancuka) qui nous limitent. Mais ce ne sera pas en s’abstrayant du monde, au contraire, ce sera en se servant de l’intensité de ses émotions.

On pose une intention et l’énergie suit d’elle-même.

Cette intention, c’est le fait de se rendre disponible, de se donner dans la disponibilité plus que dans l’effort, mais avec une dimension d’abandon : accepter que ce qui vient doit venir à tel ou tel moment.

Shiva le divin n’est rien d’autre que soi-même, mais il faut traverser les voiles de la Maya avant de pouvoir l’atteindre.
Il s’opère à ce moment là un passage subtil entre l’énergie et la conscience.
– Shiva-Prakasha : la conscience absolue qui est lumière
– Shakti-Vimasha : le moment de la prise de conscience, la conscience en acte / en mouvement (= la conscience qui se saisit d’une réalité).

Alors, on peut aller au-delà de la dualité, englober la réalité dans une harmonie qui est au-delà de ces oppositions, aller vers une non-perception de la dualité : les contraires son abolis et enfin perçus comme des complémentaires.

– (Re)Trouver l’espace du corps :

Le corps est un outil d’expansion de la conscience. Ce n’est pas le corps qui est limité, c’est la conscience qu’on en a. Il ne s’agit pas de fuir le corps, ni de le maîtriser pour trouver un apaisement spirituel, mais de l’utiliser comme un outil extraordinaire de développement de la conscience. Le corps est relié aux énergies.
C’est en ce sens que la voie du Hatha Yoga – qui fait la part belle au corps 😊 – est une aide précieuse sur notre chemin d’humains en quête de sens, d’union et de paix.

– Qui est Shiva Ardhanrisvara ?

Ce couple symbolisant ou l’unification du masculin et du féminin est représentée dans le panthéon hindou par cet étonnant dieu androgyne : Ardhanarisvara : j’adore cette image tellement parlante !! 😊

 

 

Shiva Ardhanarisvara, c’est la fusion de Shiva (à gauche) et de Shakti (à droite), représentant les qualités masculines (YANG) et féminines (YIN).
Il incarne l’identité de Shiva-Shakti : car Shiva-Shaki sont un.

Cette représentation symbolise la plénitude de l’union des deux principes féminin et masculin.

Dans de nombreuses civilisations, l’androgyne est le symbole de l’être parfait ; en grec, ce terme signifie littéralement « homme-femme ».

En Inde, Shiva est également représenté par le Lingham, un phallus dressé. Cette représentation, érotique et cosmique, n’a pas de connotation sexuelle. Le Lingham est souvent associé à l’organe sexuel féminin Yoni. Les deux principes opposés sont réunis dans l’organe sexuel féminin. Le Lingham représente Shiva dans sa puissance, donc relié à sa Shakti.

 

A chaque dieu est associée une Shakti : sans la Shakti, le pouvoir du dieu est à l’état latent. Le shivaïsme du Cachemire insiste sur l’aspect actif de la SHAKTI, donc sur la dimension féminine du dieu. Dans la pensée hindoue, cette vision du féminin est très différente de celle qu’offre le vishnouïsme.

 

La rencontre fulgurante de Shiva et Parvati

 

Mais une Shakti, c’est aussi une déesse. Et les déesses sont les compagnes des dieux :

  • la Shakti de Brahma est Sarasvati,
  • celle de Vishnou est Lakshmi,
  • et celle de Shiva est Parvati.

Certaines divinités – comme Durga et Kali – symbolisent les aspects terrifiants de la déesse.

 

Parvati, avec dans les bras son fils Ganesha

 

 

Durga

– Maha Devi, la Grande déesse :

Le culte de la Grande Déesse existe depuis la nuit des temps.
En Inde, Maha Devi était vénérée par les peuples Dravidiens, avant l’arrivée des Aryens.

En Inde du sud, la Déesse Mère – Maha Devi – est vénérée sous le nom d’Ammam, déesse des forêts. On implore sa protection mais on craint ses colères.
Les dévots attirés par l’aspect féminin du Divin s’appellent les Shaktas.

Symboliquement, en astrologie (fort utilisée en Inde), Maha Devi est représentée par la Vénus en Vierge.

 

Maha Devi est aujourd’hui incarnée aujourd’hui par Amma, dont l’acte de sagesse universelle consiste à prendre les gens dans ses bas, dans une simple, profonde et essentielle étreinte d’Amour.

 

 

 

Pour en savoir plus, lisez mes articles sur :

 

 

Yin-Yang

 

 

 

Bibliographie :

 

– Dieux et déesses de l’Inde, de Stéphane Guillerme (d’où sont tirées la plupart des illustrations de cet article).
– Dictionnaire sanskrit de base

 

 


2 commentaires

Avatar

Christophe · 13/06/2020 à 08:28

Oui Shiva / Shakti, Dane Rudhyar, dans un de ses livres (je ne sais plus lequel 🙂 ), et reprenant des travaux de Jung, insistait beaucoup sur la symbolique de l’union du personnel au collectif en lien à ce couple, en rapport à l’individuation… 🙂
Du coup, ça me rappelle que je ne me rappelle toujours pas du nom hindou de Dieu que je cherche…. mdrrr
Bon week end Fabienne !

    Avatar

    Fabienne COSTA · 17/06/2020 à 19:42

    Merci Christophe 🙂
    Ce couple est extrêmement important symboliquement, on peut le transférer effectivement dans d’autres aspects de notre existence, comme le prouve l’intérêt que Jung et Dane Rudhyar ont porté à ce symbole universel.

    Ah oui le dieu hindou !!!! es tu sûr qu’il ne s’agit pas plutôt d’un dieu… que sais je moi ? inuit ? philippin ? islandais ?? dogon ?? iroquois ???? 😉😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *