Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Article écrit avec Christophe Guillaume, astrologue

 

Ceci est la Lumière du Soleil que nous choisissons

Nous méditons sur cette splendide Lumière, Source de vie

Puisse notre méditation éclairer notre conscience*.

 

LA SALUTATION AU SOLEIL (SURYA NAMASKAR)

En sanskrit, « Surya » signifie le Soleil, et « Namaskar », salutation ou prosternation.

Le Soleil est la source de notre vie, dispensateur de l’énergie vitale, de la chaleur et de la lumière : ce n’est pas un hasard si depuis la nuit des temps les astrologues lui accordent une place prépondérante dans leurs interprétations sur la personnalité humaine ou dans le déroulé des événements comme a pu me l’expliquer mon ami astrologue Christophe Guillaume.

Dans le concept védique***, le Soleil est le Dieu et l’initiateur de l’expression de la Vérité suprême et de la connaissance. Il dissout les ténèbres de la nuit et évoque jour après jour la béatitude absolue. À la veille de l’aurore divine, il éveille la conscience humaine. Il est le créateur et le révélateur de toute chose. Il est l’illuminateur de notre âme.

Le Soleil est le maître de notre monde, de notre système solaire. Il parcourt les douze « Maisons » de notre zodiaque personnel, tout comme il remonte les douze Signes du Zodiaque.

Le Surya Siddhanta, un texte traditionnel indien d’astronomie (vieux de plus de 1.500 ans), s’est d’ailleurs penché sur la mesure du temps, le mouvement des Planètes, les phénomènes des éclipses et des équinoxes.

Le Soleil a plusieurs noms utilisés pour exprimer ses différents attributs. Dans Surya Namaskar, les douze noms correspondent aux douze aspects du Soleil dans les douze Maisons. Ils sont répétés sous forme de mantras (formulations sacrées).

L’exercice de la Salutation au Soleil consiste à enchaîner une série de douze postures (asâna) représentant les douze rayons du Soleil, véhicule de l’énergie ou Shakti (= force créatrice). A chaque asâna (posture) correspondent ainsi un signe du zodiaque, un chakra (centre d’énergie dans le corps) et un mantra.

La vénération du soleil est universelle, on la retrouve dans différentes cultures du monde, à différentes époques, celles des anciens Égyptiens et des Perses. Pour le philosophe grec Platon, le soleil symbolise le Bien, et saint François d’Assise écrit vers 1224 le Cantique de Frère Soleil, chant de louange envers le soleil. Les Indiens Sioux prient au lever et au coucher du soleil, les bras tendus vers le haut.

Ce lien solaire est donc le plus ancien et le plus universel des actes ouvrant à la dimension du sacré. À l’aube de l’humanité, l’être humain a senti qu’une puissance spirituelle existait à l’intérieur de lui et se reflétait dans le monde matériel sous les traits de la lumière. Cet enchaînement de postures est donc en yoga comme un culte, une façon de rendre grâce à tout ce que représente le Soleil aussi bien dans le macrocosme universel que dans le microcosme humain.

 

Ô Dieu source de lumière, Conduis moi de l’irréel au réel, De l’obscurité à la lumière, De la mort à l’immortalité**.

 

L’objectif de la pratique de Surya Namaskar est, d’une part, de :

  • se rappeler chaque matin au lever du soleil le but de notre existence, qui est de mener une vie spirituelle,

  • réveiller les aspects solaires de notre nature humaine afin d’en libérer l’énergie vitale et l’investir dans le développement d’une conscience supérieure,

  • rechercher l’unité entre :

    – la source de l’énergie – le soleil – le créateur

    – l’énergie solaire – la lumière – la force créatrice

    – et soi même 😉

D’autre part, cette pratique qui agit sur le corps tout entier :

– renforce l’endurance cardio-vasculaire,

– renforce et assouplit la musculature,

– améliore et corrige le fonctionnement des articulations, et plus particulièrement de la colonne vertébrale, et cela, de différentes manières : par des étirements, des flexions vers l’avant (postures en fermeture et enroulement), des extensions vers l’arrière (postures en ouverture de la cage thoracique), des postures inversées, des postures d’appui sur les mains…

– rétablit, maintient et développe la capacité du système cardio-pulmonaire, vasculaire et digestif,

– améliore l’élasticité de la cage thoracique et des muscles respiratoires,

– calme le système nerveux,

– favorise le pouvoir de concentration et la mémoire.

Entretenir son corps quotidiennement est fondamental : le corps est fait pour bouger !

La notion la plus importante dans la voie spirituelle, c’est celle de l’effort personnel, dans tous les domaines, et cela passe aussi par le corps ! Cet enchaînement est une façon de rendre hommage à la source de la vie et de création, et de perpétuer ainsi la tradition solaire d’où il puise son origine. Nos forces solaires intérieures s’éveillent grâce à l’intégration de cette pratique dans notre quotidien. Nous nous sentons alors plus en harmonie avec la nature et pouvons, chaque jour, revitaliser notre existence…

 

 

En outre, la conviction profonde de la répétition du mantra (= formule sacrée) conduit vers l’épanouissement de l’amour et de la dévotion à la Conscience Absolue.

En astrologie, le Soleil reste un symbole de vitalité, d’individualité, d’affirmation personnelle, il représente notre but fondamental de réalisation dans cette incarnation.

Bien que très célèbre, cet enchaînement ne figure dans aucun texte classique de référence.

Pour les yogis, cet enchaînement est une excellente préparation du corps (meilleure que le footing car sans danger pour les vertèbres et les articulations), du souffle et de l’esprit avant diverses pratiques de yoga.

Traditionnellement, il se réalise par répétitions de douze enchaînements de douze mouvements (12, 24, 36, 48, etc.). Il peut aussi constituer une pratique complète et être suivi d’une méditation. Attention, si le rythme cardiaque a trop accéléré, on évitera de pratiquer des asâna tenues longuement juste après l’enchaînement.

Cet enchaînement peut être vécu simplement comme une pratique physique énergétique. Mais il peut aussi se développer et s’approfondir avec l’ajout des mudrâ (= symbole qui agit sur la maîtrise et la circulation de l’énergie dans le corps) et bandha (= ligature/fermeture/contraction fixant l’énergie dans le corps subtil). Enfin, on peut le pratiquer en intégrant des mantras (= répétition de formules sacrées), hommages à la lumière et visualisation, et en ressentant chaque posture en lien avec un chakra (= centre d’énergie dans le corps subtil) particulier. L’enchaînement constitue alors une pratique extrêmement complète, incluant tous les corps (= les 5 koshas) dont est constitué l’humain : corps physique, corps d’énergie, corps du mental, corps de la connaissance, corps de béatitude.

La Salutation au Soleil peut ainsi répondre à plusieurs intentions ou motivations : entretenir une bonne santé physique, ou s’ouvrir à une dimension spirituelle à la source de vie, ou encore allier ces deux intentions en même temps !! 😉

 

Fabienne Costa, professeur de yoga (Le Fil du Yoga), et Christophe Guillaume, astrologue (Passion Astrologue)

 

– Pour en savoir plus sur les liens entre le hatha yoga et l’astrologie : vous pourrez lire mon article sur la Salutation au Soleil et les 12 signes du zodiaque.

– Pour en savoir plus sur l’enchaînement de la Salutation au Soleil : vous lirez dans cet article la description des 12 asâna (postures) de la Salutation au Soleil.

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

– Je remercie Ajit et Selvi Sarkar pour leur enseignement, leur humanité et toutes leurs précieuses explications sur le yoga (professeurs de yoga et formateurs en yoga et ayurveda, fondateurs de l’école de Yoga « Le Soleil d’Or » à Paris, et de l’école « Vellai Thamarai » en Inde du sud, près de Pondicherry)-

– Revue Française de Yoga, Enchaînements II, article de Boris Tatzky, « Sûryanamaskâra » (n° 54, juillet 2006)

La Salutation au Soleil, de Swami Satyananda Saraswati (Swam Éditions, 1998)

Dieux et déesses de l’Inde, de Stéphane Guillerme et Mathieu (éditions Almora, 2011)

 

NOTES

* Traduction issue d’un entretien de Boris Tatzky avec T.K.V Desikachar, Gâyatrî Mantra, Rig Veda (III-62-10), in Revue Française de Yoga n° 54.

** Brihadaranyaka Upanishad (Les 108 Upanishad).

*** Le Veda (du sanskrit : « vision » ou « connaissance ») est un ensemble de textes qui, selon la tradition, ont été révélés (par l’audition, « Shruti ») aux sages indiens nommés « Rishi ». Cette « connaissance révélée » a été transmise oralement de brahmane à brahmane au sein du védisme, du brahmanisme, et de l’hindouisme, jusqu’à nos jours sur une période indéterminée. (https://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9da)

Catégories : Yoga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *