Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Je propose ici un extrait d’un article décrivant les dangers de la consommation excessive de sucre pour notre santé :
https://french.mercola.com/sites/articles/archive/2016/09/13/sucre-detruit-foie-cerveau.aspx

– Lorsqu’il est consommé en excès, le sucre agit comme une toxine (poison) chronique pour le foie :

Le principal problème que pause le sucre, et le fructose raffiné en particulier, est que votre foie n’a qu’une capacité très limitée pour le métaboliser. Une partie du problème réside dans le fait qu’on ne peut métaboliser sans danger qu’environ 6 cuillères à café de sucre ajouté par jour. Or la plupart des gens en consomment pourtant en moyenne 20 cuillères à café par jour. Cet excès de sucre est métabolisé en graisse corporelle, et entraîne de nombreuses maladies métaboliques chroniques (notamment, mais la liste n’est pas exhaustive : diabète de type 2, maladies cardiovasculaires, hypertension artérielle, démence, cancer….).

– Les personnes ayant un taux de glucose (même légèrement) élevé, ont un risque accru de maladie rénale :

Une glycémie instable est associée à des dommages rénaux. Votre corps est conçu pour avoir, à tout instant, une cuillère à café de sucre dans le sang. Si votre taux de sucre sanguin s’élevait à une cuillère à soupe de sucre, vous courriez le risque de tomber en coma hyperglycémique, voir d’en mourir. Votre organisme travaille dur pour éviter que cela n’arrive, en produisant de l’insuline pour maintenir votre glycémie à un taux approprié. Tout repas ou en-cas riche en céréales et en glucides entraîne généralement une augmentation rapide de la glycémie. Pour compenser, votre pancréas sécrète de l’insuline qu’il envoie dans le sang, ce qui diminue votre glycémie et vous empêche de mourir. Toutefois, l’insuline fait aussi diminuer votre glucose sanguin en le transformant en graisse : donc plus vous secrétez d’insuline, plus vous prenez de gras. Si votre alimentation est invariablement riche en sucre et en céréales, votre taux de sucre sanguin est élevé en conséquence, et avec le temps, votre corps se « désensibilise » à l’insuline et il lui en faut de plus en plus pour faire le travail. A terme, vous devenez résistant à l’insuline, et le risque est de devenir diabétique avéré.

 

 

– Le diabète de type 2 peut provoquer des dommages permanents au cerveau :

Il devient de plus en plus évident que le processus pathologique qui conduit à la résistance à l’insuline et à la leptine et au diabète de type 2, peut aussi agir sur votre cerveau.
À mesure que vous vous laissez aller sur le sucre et les céréales, votre cerveau se trouve submergé par le taux constamment élevé d’insuline, et les taux d’insuline et de leptine ainsi que la signalisation finissent par être profondément perturbés, entraînant la dégradation de vos capacités de penser et de mémoriser. Cela peut finir par provoquer des dommages permanents au cerveau, entre autres problèmes de santé. Le diabète de type 2 est associé en effet à une augmentation de 60% du risque de démence chez l’homme et la femme :

– La dépendance au sucre :

La malbouffe piège votre cerveau en le poussant à réclamer davantage de nourriture. « La faim hédonique » (ou nutrition émotionnelle) est un terme relativement nouveau. Il décrit l’envie de nourriture alors même que votre corps n’en a pas un besoin biologique. Par ailleurs, plus vous vous nourrissez de nourriture industrielle et chimique (= « plasti-aliments »), plus votre corps s’y habitue et en réclame pour pouvoir ressentir à nouveau les mêmes plaisirs, tout comme une addiction à une drogue.

– Restructurer son environnement alimentaire :

Cela signifie de ne pas faire entrer de malbouffe chez vous (et d’éviter les lieux qui en vendent), et de diminuer le plus possible les aliments contenant du sucre ajouté. La bonne nouvelle, c’est que moins vous mangez de sucre, et plus vite vos envies cesseront.
Pour ce faire, une rééducation alimentaire est nécessaire, ainsi qu’un programme ciblé et personnalisé pour décrocher des sucres.
Un programme santé plus large alliera : exercice physique, oxygénation, relaxation, travail thérapeutique sur le mental et les émotions, et (éventuellement) supplémentation à base compléments alimentaires naturels, homéopathie, etc. (dispensé par un-e thérapeute compétent-e).
La pratique régulière de la marche, du hatha yoga, du yoga nidra, de la méditation, ainsi qu’un coaching en nutrition (et dans certains cas, un coaching en évolution de vie) seront des outils indispensables pour votre santé et votre équilibre global corps-esprit.
C’est ce que je vous propose dans mon approche globale « un esprit sain dans un corps sain » à travers mes cours et stages de hatha yoga et mon coaching en nutrition. 😉 😊

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!