« Fermez les paupières et regardez à l’intérieur de vous.

On est dans le monde, et le monde est à l‘intérieur de nous »

Le Yoga Nidra est un processus de nettoyage : il nous nettoie de nos souffrances, de nos tensions, de nos blocages, afin de nous en libérer. Il est très bénéfique pour le corps, et ses effets se font sentir encore quelques jours après la pratique.

Le domaine privilégié du retrait des sens (« Pratyahara », 5ème étape du yoga), c’est le Yoga Nidra.

Pour mieux comprendre cet exercice, rappelons que nous connaissons dans notre vie ordinaire 3 états de conscience :

  • Jagrata : l’état de veille
  • Svapna : l’état de rêve
  • Sushupti : l’état de sommeil profond

Selon André Riehl, on pourrait traduire le mot Nidrâ[1] de différentes façons :

> bourgeonnement
> état originel créateur de la vie
> sommeil ordinaire
> état de sommeil avec rêves
> absence d’attention dans la vie quotidienne

L’état de Nidra, c’est le moment de l’endormissement : on sent qu’on va s’endormir mais on est encore conscient. Il se passe exactement la même chose au moment du réveil : c’est, dans les deux cas, un état transitoire très rapide, une sensation très subtile !

L’idée du Yoga Nidra, c’est d’arrêter le processus de dissociation, c’est tenter de relier ces 3 différents états de conscience, afin d’atteindre – peut être – un 4ème état : Turyia, l’état au-delà des états de veille, de rêve et de sommeil profond, qu’il englobe simultanément. C’est un état où l’on prend conscience de notre « moi » profond, sans objet et sans sujet.

Le but du Yoga Nidra, c’est aussi de mieux connaître « chitta » – notre mental ordinaire sans cesse mouvant et agité – afin de s’apercevoir qu’il n’est pas fiable, et de réaliser qu’on s’adresse souvent à notre mental au lieu de se relier à notre conscience, qui est notre vraie nature : Turyia. Quand on s’identifie à Turyia, on se sent parfaitement bien : on n’a plus de peurs, on ressent un état de béatitude…

Mais… comment trouver Turyia ?? Par frôlements successifs. La règle est d’endormir le corps tout en gardant le mental éveillé. En pratiquant Yoga Nidra, on va bouleverser totalement nos habitudes ! Notre mental ordinaire veut s’endormir, mais Turyia, lui, ne dort jamais. Turyia, c’est notre intuition, notre intelligence intuitive qui ne se trompe jamais. C’est un peu notre ange gardien…

Retrouvez tous les articles de Yoga Nidra


(1) Selon André Riehl, le premier sens de Nidrâ signifie bourgeonnement tel qu’il apparaît au printemps. Symboliquement cela représente cette force en soi permettant de réensemencer et renouveler des forêts entières, c’est-à-dire l’ensemble de nos richesses potentielles enfouies. Le deuxième sens de Nidra est équivalent à celui d’éveil. Dans la symbolique indienne, il est représenté de deux façons : lorsque Vishnou s’endort et entre dans le sommeil après avoir créé le monde, il sait qu’en se réveillant, ce monde sera abîmé et altéré par les humains. Il rêve alors le monde afin de s’en ressouvenir à son réveil et ainsi le reconstruire. Son rêve maintient le monde en activité. Selon la tradition vishnouïte, nidrâ est le sommeil de Dieu ; et nous, nous sommes le rêve de Dieu. Le dernier sens de Nidrâ est beaucoup plus pratique : il signifie simplement « dormir », ou encore le « sommeil » qui contient deux catégories :
– le sommeil au moment du coucher le soir, ou bien lors de la sieste.
– sommeiller pendant l’état de veille, où l’on est comme absent, pas attentif à ce qui se passe


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *