« La main qui bande l’arc doit s’ouvrir comme la main d’un enfant. Ce qui parfois trouble la précision du tir, c’est la volonté trop vive de l’archer », écrit Eugen Herrigel dans son livre Le Zen dans l’arc chevaleresque du tir à l’arc.

 

 

Dans cette posture de hatha yoga, la forme du corps évoque un arc dont la corde est constituée par les bras tendus, depuis les épaules jusqu’aux poignets et aux mains qui tiennent les chevilles. La ligne courbe tracée par les épaules jusqu’aux jambes et aux pieds représente l’arc.
Cette corde permet une intense extension quasi passive de tout le corps et provoque une compression des organes abdominaux.
C’est une posture très stimulante.

 

« A la fois, arc, flèche et cible, le yogi arque son corps pour projeter son mental au coeur de son être », écrit Clémentine Erpicum dans son livre Le chien tête en bas. « L’enjeu de cette posture est de le faire avec une parfaite intensité » (= ni trop, ni trop peu).

 

 

– Comment pratiquer cette posture ?
– Pour préparer la posture :

C’est une posture très tonique et exigeante. Il convient de la pratiquer d’abord avec un;e professeur.e expérimenté.e.
Elle demande une bonne préparation du corps.
Il est préférable de pratiquer l’Arc en début de journée.

  • étirer les muscles antérieurs des cuisses.
  • assouplir bassin.
  • équilibrer et assouplir la ceinture scapulaire.
– Prise de la posture :
    • Couché sur le ventre, la tête tournée sur un côté, on plie les jambes et on vient attraper les chevilles avec les mains. On commencera par étirer les “droits antérieurs” (muscles des cuisses) en tirant avec les bras les talons vers les fessiers, tout en rétroversant le bassin.
    • Pour ceux et celles qui n’arrivent pas à saisir ses chevilles à cause d’une trop grande résistance des quadriceps, ils pourront s’aider une petite allonge (ceinture, sangle…).
    • Lorsque les cuisses ont lâché leur résistance, on posera le front contre le sol pour bien étirer la nuque. On cesse de tirer avec les bras et on les tend en éloignant les talons du bassin.
    • Puis sur une inspiration :
      1) on éloigne la tête du sol en relevant le cou ; la nuque reste longue ; on poursuit cette élévation pour creuser au mieux le haut du dos ; la poitrine se soulève également ;
      2) on lève les genoux pour ouvrir les aines ;
      3) enfin, on tire avec les jambes vers l’arrière pour arquer le dos, en accentuant consciemment l’extension dans la partie haute du dos et dans les aines, et en gardant une sangle abdominale suffisamment tonique.
    • La ceinture scapulaire est ouverte et le muscle pectoral très étiré.
    • On resserre les jambes pour mieux solliciter l’ouverture des aines et éviter toute asymétrie.
    • Si l’arc du dos est suffisamment accentué, un balancement rythmé sur la respiration surviendra : sur l’inspir, le buste s’élève et les genoux s’abaissent ; sur l’expir, le buste s’abaisse et les genoux s’élèvent.
    • Au bout de plusieurs respirations, on éloigne des mains des chevilles et on redépose tout doucement le corps au sol.
– Effets de la posture :
  •  La posture de l’Arc permet d’allonger les muscles des cuisses et des bras, d’ouvrir la cage thoracique et de développer la poitrine.
  • L’étirement de la sangle abdominale assouplit et redonne de l’amplitude au diaphragme.
  • La pression intra-abdominale qui tonifie les viscères améliore le transit intestinal et stimule les glandes endocrines.
  • L’action puissante de l’extension du dos sur les vertèbres favorise le redressement des dos ronds des personnes sédentaires travaillant longtemps assises penchées sur leur bureau et/ou devant l’ordinateur.
– La portée symbolique de l’Arc :
Le symbole de l’Arc :

L’arc représente :

  • L’acte créateur qui se décompose de 3 étapes principales : tension – détente – jet.
  • La fonction guerrière ou royale.
  • La recherche de perfection sociale ou spirituelle.
  • La maîtrise de l’arc symbolise la puissance : à la fois une grande force physique (= pour tendre l’arc),  et une grande stabilité intérieure (= pour atteindre la cible).
  • Cette maîtrise exige concentration et discernement.
La symbolique de la posture de l’Arc :
  • Dans la mythologie indienne, il s’agit de l’arc du dieu Shiva.
  • Sur le plan psychique, par son extrême ouverture et sa fermeté, la posture de l’Arc porte à vivre des attitudes d’héroïsme, de courage et d’endurance, et à combattre d’autres comportements tels que la paresse.
  • Elle conduit également à une meilleure concentration.
  • Dans cette posture, le yogi est appelé à trouver la juste intensité, l’effort juste et adéquat pour atteindre la cible. Une fois qu’il a lancé la flèche, il sait que le résultat ne lui appartient plus : que son acte soit ou non couronné de succès, il agit avec équanimité.

 

« L’archer devient un guerrier spirituel ; son arme ne symbolise pas tant que la guerre que la béatitude qui suit la victoire sur lui même », conclut Clémentine Erpicum.

 

 

➡️  Et toi, connais tu ta cible ?
➡️  Avec quelle intention cherches tu à atteindre ta cible ?

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!