Assise sur le rocher, je suis comme le Seigneur des Poissons, Matsyendra🔱🐬🐟🐠🐡🐟

 

 

Me voici assise sur un rocher, au bord de l’eau que je regarde : je me suis tournée vers elle, et pour cela, je tourne le dos à l’objectif. En fait, je le montre à la photographe.
Et voici ce que raconte mon dos : les plis de mon t-shirt traduisent parfaitement le mouvement de rotation de ma colonne vertébrale vers la droite. Le point fixe ici c’est le bassin, tandis que le point mobile, ce sont mes épaules qui vont lentement tourner vers la droite, à la faveur d’une expiration. Mes deux épaules restent sur une même ligne. Mon ventre est comprimé sur ma cuisse droite, tandis que mon bras gauche appuie sur mon genou droit pour accentuer le sens de la rotation ; ma main droite, derrière mon dos, appuie sur le sol pour entraîner mon épaule droite en rotation externe. Ma ma tête, elle, suit simplement le mouvement, sans aller trop loin. Et je peux admirer ainsi ce qui au départ était derrière moi : le courant du ruisseau.
Quelle est cette drôle de posture ? C’est une posture de torsion assise, nommée Ardha-Mastyendrasana (= la demi posture de Matsyendra).

 

Il existe deux mythes expliquant la signification de cette posture et l’origine de son nom. Dans l’un d’eux, le dieu Shiva, maître des yogis, était en train de méditer assis en tailleur face au mont Kailash, faisant dos au lac Manasarovara. Tout autour de lui, tous les êtres étaient heureux de recevoir sa sagesse. Excepté le peuple des poissons (« matsya » en sanskrit), désespérés : ils ne voyaient le dieu que de dos !! Ayant aperçu leur désespoir, Shiva tourna la tête, les épaules et le buste en direction du lac, et les poissons purent alors profiter de son rayonnement.🔆

 

Les effets de la posture :

Au niveau physique :

Cette posture est redoutablement efficace pour la digestion ! Grace à la compression de l’abdomen, elle stimule le feu digestif. C’est d’abord par l’élimination des déchets que l’on prend soin de sa santé, d’après la médecine ayurvédique : une mauvaise élimination est en effet la porte ouverte aux maladies. On commence par tourner vers la droite, pour comprimer le côlon ascendant et respecter ainsi le sens du transit intestinal.
Elle a une action également très efficace pour le dos, avec un effet d’essorage et d’assouplissement des muscles autour de la colonne vertébrale : des raideurs s’installent souvent dans le dos, qui empêchent le mouvement de rotation.
Elle étire toutes les structures ligamentaires et musculaires de la colonne vertébrale, et permet l’étirement intense du muscle fessier (en l’occurrence droit), avec une pression bénéfique sur le nerf sciatique. Elle permet une ouverture de la cage thoracique, notamment de l’hémithorax droit, qui favorise l’amplitude respiratoire et a une action salutaire de purification
On tient la posture dans l’immobilité pendant quelque temps, pour ensuite la quitter en douceur la posture. Vient alors le moment de savourer la détente : c’est un peu l’effet d’un ressort qui se détend après avoir été étiré à son maximum !! 😉

Au niveau énergétique :

En sanskrit, « Matsya » signifie « poisson » : le poisson, symbole de réceptivité, de souplesse, de douceur, est relié à l’énergie lunaire (= côté gauche du corps).
« Indra » est le nom du dieu des dieux : symbole du rayonnement, de la lumière, de la connaissance, il est relié à l’énergie solaire (= côté droit du corps).
Dans cette posture, que l’on prend successivement à droite puis à gauche, on équilibre et réunit ainsi nos deux polarités Soleil (Ha)-Lune-(Tha), cette réunification étant le but du Hatha-Yoga (le mot « yoga » signifiant précisément : jonction, union).

Au niveau symbolique :

Le mouvement spiralé de la colonne vertébrale en rotation rappelle l’image de l’hélice, de la vis, ou de l’escalier en colimaçon. Il est intéressant de noter que ce mouvement hélicoïdal libère les raideurs du dos, qui expriment symboliquement touts nos blocages, nos résistances, nos conditionnements, nos peurs : tout ce qui nous empêche de faire les choix justes pour notre vie. En ce sens, on peut dire que la posture de torsion – en assouplissant notre colonne lorsqu’elle s’est raidie – nous aide à retrouver notre libre arbitre et notre esprit de décision.

 

J’aime beaucoup les postures de torsion : j’ai l’impression de m’enrouler en moi même, de me rassembler complètement dans mon centre, en même temps que de me spiraler et de m’étirer dans mon axe. C’est très agréable. 😊
Me torde pour me détordre. Me serrer pour me desserrer. Tourner mon regard.
Être au plus près de moi, et m’écouler dans l’instant. ➿➰➿➰

 

 

Bibliographie :
Dictionnaire des Symboles, de Jean Chevalier et Alain Gherbraant
Revue Française de Yoga, Postures de rotation, n° 8, 1993
Dieux et Déesses de l’Inde, Stéphane Guillerne
Le Chien tête en bas, de Clémentine Erpicum

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!