Revenir à l’essentiel : avec le confinement, nous revisitons notre relation à nous même, aux autres, à l’ensemble de l’humanité, au monde, et surtout notre relation avec la Vie elle même.

La poésie aussi nous ramène à l’essentiel : merci aux poètes et aux écrivains, merci également aux artistes de notre Vie que nous sommes tous : comment décidons nous de vivre ?  quelle vie voulons nous créer pour nous même et pour le monde ?

* Les relations avec les autres:

En ce moment, à cause du confinement, de l’éloignement, de l’isolement, on a encore plus besoin de “se rapprocher” les uns des autres : on va vers celles et ceux qui comptent vraiment pour nous.
Car c’est dans l’adversité qu’on reconnaît ceux sur qui on peut compter vraiment. Ceux qui promettaient d’être là se sont débinés, qui nous ont menti, nous ont trahis, rejetés…. Et ceux qu’on croyait perdus de vue, ou qu’on ne voyait plus depuis longtemps, sont toujours là. La réalité dépasse toujours la fiction, les paroles ne sont que du vent : les actes seuls comptent.
L’amour et la confiance ne connaissent pas les frontières de l’espace et du temps.

En ce moment, on se rapproche de loin. C’est à la fois étrange et agréable !!  😀😀

* La relation avec soi même :

Le confinement est un don du ciel, il balaie l’inutile et dans touts formes, et laisse apparaître l’essentiel”, écrit Peter Brook.

Revenir à l’essentiel : la relation que l’on (re)noue avec soi même. Le confinement nous oblige à repenser, réinventer notre vie. A trouver de nouveaux repères : l’espace est confiné, le temps limité. Sortir 1 heure par jour.
comme si nous ne le savions pas ! Comme si nous avions oublié que notre vie elle même est confinée, c’est à dire finie :  coincée entre deux bornes : d’un côté, la naissance et de l’autre, la mort. l’épidémie mondiale de Covid-19 nous le rappelle aujourd’hui avec une rare violence.

“Cueillez aujourd’hui les roses de la vie”, écrivait Pierre de Ronsard.

C’est une des découvertes essentielles que le Yoga et la spiritualité bouddhiste m’ont offertes : c’est cela vivre “en pleine conscience” : vivre intensément notre présent, c’est à dire notre Vie, ce qui ne veut pas dire ne pas avoir de projets – je me fais une  liste toutes les choses que je ferai après le confinement !! Toutes mes envies me prouvent que ej suis bien en vie : très bien !!
Mais que puis je faire aujourd’hui ? C’est cela le plus important; et ce que je construis aujourd’hui – la façon dont je le crée, l’intention avec laquelle je me vis – définit ce que sera demain. Si demain sera.

Alors en attendant, jouissons du “vierge, du vivace et du bel aujourd’hui”, comme l’écrit Stéphane Mallarmé.

Savourons toutes les sensations pures que nous offre la Vie : les odeurs exaltantes des plantes, la lumière vive du soleil, la puissance présence des animaux sauvages dans la Nature, la beauté des fleurs qui s’ouvrent sur les arbres, la douceur du vent qui caresse ma peau, et le chant de l’eau de la Source,  écho délicieux de la Vie qui s’anime infiniment belle dans mon coeur.

C’est ce qu’écrit magnifiquement Arthur Rimbaud dans son poème Sensation :

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue,
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irais loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la nature, heureux comme avec une femme.

 

Une chose est sûre : on est existentiellement seul.e !!
Et mieux vaut encore s’ennuyer seul.e – quand ça arrive 😉 – que d’être mal accompagné.e…
En même temps, lorsque je suis dans la conscience – de ce que je pense, de ce que je ressens, de ce que je dis, de ce que je fais, de qui je suis – je ne suis pas seule : il y a moi qui pense/parle/agis et il y a moi qui m’observe en conscience en train de penser/parler/agir. Oui :  dans le meilleur des cas, car on est bien souvent dans l’inconscience et dans la méconnaissance totale de qui l’on est vraiment.

C’est aussi la magistrale leçon que nous donne le confinement, et que nous avions peut être oubliée.
Qui nous rappelle aussi cette Vérité : il est un espace qui ne sera jamais confiné, c’est l’espace infini de mon coeur et de mon esprit. 💙🙏🏽

 

 

 

le confinement nous invite à voir les choses et à vivre autrement.

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *