Les 12 premiers jours de l’année

Le troisième jour : Adoucir

Je suis ici avec la Lune, qui représente à la fois le pôle réceptif (sur le plan énergétique) en opposition au Soleil (pôle actif), et le monde des émotions et de la vie intérieure, en opposition avec l’action et la vie extérieure.
Les polarités lunaire et solaire sont dans la pensée indienne l’équivalent du Yin-Yang pour la philosophie chinoise.
Ces deux polarités coexistent en chacun.e de nous, quel que soit notre genre.

Je suis ici avec ma Lune et je m’interroge en souriant : j’en suis où avec mon féminin, ma douceur, ma capacité de réceptivité, de non action, d’attente, de patience, de lenteur, d’affection, de tendresse, l’expression de mes émotions… ?

La Lune c’est aussi le monde du rêve et de l’inconscient, à ne pas confondre avec les méandres insolubles du fantasme et de l’illusion…

La Lune, c’est encore la dimension maternelle (et non pas maternante), qui accueille et aime inconditionnellement. Devenir mère m’a ouvert les portes de cette douceur, qu’il m’était difficile d’accueillir en moi même et d’exprimer à l’autre.

Accéder à ces parts lunaires n’est pas toujours facile : on les refoule souvent, on n’ose pas, ou on se blinde… pour se protéger, parce que la vie nous a blessés, parce que nous nous sommes nous mêmes blessés, parce que nous avons blessé.
Le métier de vivre est fait de violence, alors la violence s’exprime dans nos paroles, nos actes… et la douceur en prend un coup !
On est souvent violent envers soi même, on ne se ménage pas.
Pourtant, on ne peut qu’aspirer à cela, à la douceur et à l’amour !

Adoucir notre existence – à commencer par la relation que nous avons avec nous même – ce n’est pas quelque de mielleux, de mou, ce n’est pas de la passivité ni de la soumission. Mais c’est être vigilant : dans nos pensées, nos paroles, nos gestes, nos comportements, vérifions quelle la « forme » nous employons pour traduire le « fond »…

Mettons de la douceur dans notre existence !
Portons notre Lune autour du cou comme un bijou précieux pour ne pas oublier l’essentiel : soyons doux envers nous même, envers les autres, envers la Terre et l’Univers.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *