Dans la pensée indienne, “Lilâ » signifie le “jeu”, la pièce de théâtre, ou le drame. Lilâ, c’est le jeu de la Vie : la Vie n’est finalement qu’un immense jeu, une danse cosmique chorégraphiée par les dieux, le divertissement des dieux en somme.
Le monde est un jeu et nous en serions les jouets… les jouets des dieux ?? Leurs pions ?…

 

 

Jean-Claude Carrière utilise l’image de la clef que je trouve très belle : Lilâ, c’est une clef que nous avons intérêt à garder avec nous. Pourquoi ? Car elle nous dit que ce jeu est un signe que nous vivons dans une illusion : Lilâ, le jeu, est inséparable de la Maya, l’illusion, l’ensemble des phénomènes illusoires perçus par nos cinq sens, le « filet suprême des apparences qui dissimule à nos regards le jeu divin ».

 

 

Tout ce que nous percevons et interprétons grâce à nos cinq sens – sensations, émotions, pensées, joies, souffrances… – fait partie du grand jeu de la Vie, un jeu d’ombres et de lumières qui nous masque ce qui existe réellement. Toutes ces manifestations superficielles n’ont qu’une nature impermanente et illusoire : c’est la “Maya”. Or, c’est derrière le voile de Maya que se cache le divin, la vraie nature des choses.
Et pourtant…. tant que nous sommes soumis à une pensée duelle « j’aime-je n’aime pas », nous nous attachons à ces phénomènes, ou nous les rejetons, perpétuant ainsi le cycle de la souffrance.

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de changer notre perception erronée afin de voir les choses telles qu’elles sont vraiment.
L’autre bonne nouvelle, c’est que nous avons des outils pour mettre cela en pratique : la méditation, notamment, nous aide à voir les choses telles qu’elles sont, à être à la fois observé-e et observateur-trice de notre vie, à travers l’observation de nos pensées (mais aussi de nos paroles, de nos actes, de nos choix…).

Si donc la Vie est Lilâ – un jeu, une danse, une comédie, une fête… -, c’est à nous de choisir sur quelle note on veut la jouer. Et c’est dans notre façon de répondre à ce qui se produit dans notre vie, à chaque instant, que se trouve la clef de notre bonheur. 💜 🙏

Pour Jean Claude Carrière, Lilâ serait finalement un jeu pour échapper au jeu : un « double jeu où le vertige peut rapidement gagner les joueurs, d’autant plus que personne ne semble en connaître les règles ».
Peut être est ce à nous d’inventer les règles du jeu de la Vie….? Peut être est ce à nous – même si ce sont les dieux qui mènent la danse – de trouver le rôle que nous voulons jouer sur la grande scène de la Vie ? Un rôle « sur mesure ».
Oui !! Et jouons ce rôle le mieux possible : avec le ton juste, avec sincérité, et conscience.

 

La Vie, ce n’est que du sur mesure.

Alors oui, amusons nous… follement et en toute conscience !! 😉 😊

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie :

Dictionnaire amoureux de l’Inde, de Jean-Claude Carrière
Dictionnaire Sanskrit de base, de Goswami Kriyananda


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!