Sometimes (Wax Taylor)
https://www.youtube.com/watch?v=c170V8dDLpE

 

J’écoute ce morceau de musique, je reconnais les premières notes d’une suite de Edvard Grieg (Solveig’s Song). C’est une mélodie paisible, douce.
Je me recueille. Je suis au bord d’un lac, à la montagne, à l’heure du coucher de soleil.
Tout est calme.
Calme.
Calme plat.

 

 

Soudain, une voix de femme parle en anglais, puis les accords changent, un scratch déchire la mélodie, le rythme se modernise… quelque chose d’inattendu surgit, des sons qui dérangent… mais qui réveillent aussi !!
Un cheval arrive au galop, s’arrête, je monte, et c’est parti ! Cavalcade dans le vent de la steppe. L’aventure. La découverte.
Enfin, de nouveau l’accalmie, un autre lac, un lever de soleil paisible. Le calme revient…

 

 

« Harmonie » vient du grec harmonia, signifiant « accord ».
D’après le Larousse, l’harmonie est :
– la qualité d’un ensemble qui résulte de l’accord de ses parties ou de ses éléments et de leur adaptation à une fin.
– le rapport d’adaptation, de conformité, de convenance existant entre les éléments d’un ensemble cohérent ou entre des choses soumises à une même finalité.
– le rapport heureux entre les parties d’un tout (formes, couleurs, sons, rythmes, etc.), en particulier d’une œuvre artistique ou littéraire.
– l’état des relations entre des personnes ou dans un groupe humain, qui résulte de l’accord des pensées, des sentiments, des volontés.
Plus spécifiquement, l’harmonie désigne dans le domaine de la musique :
1.  chez les Grecs, la coordination et la combinaison de sons.
2.  l’art et la science de la formation et de l’enchaînement des accords.
3.  l’ensemble des instruments à vent, dans l’orchestre.
4.  un orchestre formé essentiellement d’instruments à vent (cuivres et bois), de percussions et, quelquefois, de contrebasses à cordes.

Cette idée d’accord, de rapport heureux et d’équilibre entre le tout et les parties – que ce soit en nous mêmes, dans notre corps, dans l’univers, dans une œuvre artistique, en particulier musicale – c’est ce à quoi chacun voudrait tendre, puisqu’elle inclut une forme de bonheur. Un bonheur idéalement sans vagues…. Un bonheur poli, joli, lisse….
Oui mais est ce vraiment possible ??
Non, pas tout à fait, parce que l’harmonie ne va pas sans la dysharmonie. Parce que la Vie fonctionne sur un rythme d’alternance des deux forces Yin-Yang. Parce que l’on doit accepter ce qui détone, ce qui dénote, ce qui dérange, ce à quoi on ne s’attend pas, ce qui ne nous ressemble pas…. Dans notre vie, dans tout ce qui nous arrive, dans toutes nos relations. Et surtout en nous même.

Accepter d’être dé-rangé, c’est accueillir ce qui vient de l’autre, de la Vie, comme différent de soi. Parce que chacun-e porte en soi un univers absolument unique et singulier.
Être dérangé, c’est sortir des rangs, de nos rangs, c’est à dire de nos habitudes, de nos pseudo certitudes, du quotidien vécu comme une routine, du train train mental….
Accepter d’être dé-rangé, c’est difficile !! Car le fonctionnement basique de notre mental est induit par la pensée duelle désir-aversion, j’aime-je n’aime pas, et par de nombreuses peurs, dont la peur sociale d’être rejeté. Accepter le dérangement, c’est aller au delà de la dualité, au delà du connu, au delà de ce qui fonde qui nous sommes, sans pour autant nous trahir nous même. C’est sortir des rangs quand ils deviennent des rails trop linéaires, trop rigides, trop enfermants, ou simplement peut être un peu trop faciles…
Sortir des rangs, c’est aussi trouver de nouvelles façons de « se ranger », c’est à dire de se mettre en ordre à l’intérieur. Cette notion d’ordre, propre à chacun-e, n’a rien à voir avec une quelconque forme de maniaquerie, de convention ni d’injonction militaire… L’ordre intérieur, c’est ce qui nous fait tenir debout, nous permet d’être entier, de rester bien centré en nous même. Et c’est essentiel de l’établir en soi. Parce que cela nous renforce et nous aide à nous adapter plus facilement à toute forme de dysharmonie, à tous les dérangements inopinés qui font partie de la vie, qu’ils nous viennent de l’environnement ou d’autres êtres humains.
La dysharmonie, c’est aussi accepter de déranger, de ne pas chercher à plaire, d’oser affirmer qui l’on est, dans son authenticité !! 😉

Alors oui, aller vers l’harmonie, évidemment, parce que l’harmonie est garante de calme et de beauté, qu’elle offre du confort, qu’elle nous relie à une forme de beauté « harmonieuse », et parce que rester dans le chaos et la cacophonie n’est tout simplement pas envisageable !!
Mais oser aussi aller chercher ce qui nous dérange, ce qui nous semble étranger, différent, troublant, surprenant, désagréable peut être même au premier abord : car c’est ce qui nous dé-range qui nous fera le plus avancer sur notre chemin d’évolution. 🙏

 

Et toi, qu’est ce qui te dérange ?? 😉😉

 

 

 

Catégories : Pensées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!