Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Je ne suis pas une grande consommatrice de viande… J’ai suivi une alimentation strictement végétarienne pendant de longues années. Ma préférence (pour des raisons de goût et d’éthique) va depuis toujours vers le végétal plus que vers l’es produits animaux. Mais j’applique dans mon alimentation comme dans ma vie la règle de la souplesse, en essayant de ne pas exclure d’aliments de manière trop stricte… Le bouillon de poule maison est une exception : je l’utilise comme un remède car il est excellent pour ma santé… et tellement savoureux !!
En préparant puis en absorbant le précieux bouillon , je remercie toujours les animaux qui ont donné leur vie pour moi….

Un bouillon de poule peut être savoureux juste après vingt minutes de cuisson. Il sera encore plus délicieux après deux heures, voire 12 heures de mijotage ! Pendant la cuisson, l’eau se remplit des nutriments riches en minéraux des os du poulet, en même temps que des vertus naturelles des légumes et des épices… Pendant le temps du mijotage, je reste chez moi… tandis que, le bouillon, lui, parfume délicatement ma maison…. 🤗

 

La recette :

 

Cette recette est inspirée de celle de Taty Lauwers que je remercie de tout coeur, au même titre que ma formatrice en cuisine nature, Maya Dedecker : grâce à elles, j’ai intégré dans ma vie de tous les jours le précieux bouillon…. Sa préparation est devenu un rituel méditatif et joyeux, sa consommation est non seulement un plaisir mais un allié solide – et naturel – de ma santé.
Quand j’offre un bol de mon bouillon à mes hôtes, ils sont surpris… mais en général la surprise est fort appréciée !!

 

Ingrédients :

  • 2 litres d’eau
  • 1 verre de vin blanc de qualité
  • 2 verts de poireaux ou 1 poireau entier
  • 2 navets
  • 2 ou 3 carottes
  • 1 branche de céleri
  • 1 gousse d’ail
  • 1 carcasse de poulet (crue) ou 1 kilo d’ailes de poulet (fermier ou issu de l’agriculture biologique)
  • 1 feuille de laurier
  • 2 branches de thym
  • 6 clous de girofle
  • 3 tiges de persil
  • gros sel
  • poivre en grains

 

Temps de cuisson : de 2 heures à 12 heures

Préparation :

  • Déposez, dans 2 litres d’eau froide la carcasse crues ou les ailes de poulet.
  • Portez à feu moyen au point d’ébullition et laissez frémir.
  • Ôtez à l’aide d’une écumoire l’écume qui s’est formée à la surface.
  • Puis ajoutez dans le bouillon le vin blanc, les légumes émincés, la gousse d’ail entière, l’oignon piqué des clous de girofle, le thym, le laurier, les tiges de persil.
  • Laissez infuser longtemps le bouillon à feu doux, au minimum deux heures.
  • En fin de cuisson, ajoutez le sel et le poivre en grains (moulu ou cuit trop longtemps, il donnerait de l’âcreté au bouillon).
  • Ôtez le poulet et les légumes.
  • Filtrez et mettez en bouteilles (en verre de préférence)*.
  • En fin du cuisson, saupoudrez des feuilles de coriandre ciselée.
  • Versez le bouillon dans des bols, soit nature soit avec une poignée d’épinards crus et/ou un petit morceau de parmesan râpé (parmigiano reggiano s’il vous plaît ! 😉).

* Les bouteilles en verre peuvent très bien se congeler, mais attention : ne les remplissez qu’aux 2/3 !!

 

 

Que faire avec les restes ?

  • Malheureusement, difficile de consommer les légumes ayant cuit trop longtemps, ils n’ont plus de goût…
  • Quant à la viande de poulet bouillie on peut la récupérer pour diverses préparations : pour fourrer des sandwiches pitta, agrémenter des pâtes… Ou la mixer pour préparer des boulettes ou des rillettes de poulet. Soyons imaginatifs !! 😉

Les vertus du bouillon de poule :

  • Le bouillon de poulet à l’ancienne doit cuire sur feu doux pendant au moins deux heures. Une fois refroidi, on ôte la couche de gras alors solidifiée.
  • Les épices et aromates qui le composent (le clou de girofle dans l’oignon, le laurier, le thym, l’ail, la cannelle) ont tous des vertus digestives et médicales. C’est pour cette raison qu’on dit dit du bouillon de poule qu’il est un antibiotique naturel. C’est d’ailleurs pour tirer parti des vertus des épices qu’on fait cuire le bouillon à feu doux (sans le faire bouillir comme son nom ne l’indique pas !).
    Les épices, utilisées comme conservateurs naturels depuis la nuit des temps, sont antioxydantes et antiparasitaires. Au Moyen Age, on se les procurait tout simplement chez le pharmacien au même titre que d’autres remèdes médicinaux.
    Les épices aux vertus antioxydantes les plus efficaces sont : le clou de girofle, le curcuma, le poivre, le gingembre, la noix de muscade, la sauge, le romarin.
  • En outre, grâce à la gélatine et à la glycine qu’il contient, le bouillon de poule maison a des effets thérapeutiques remarquables sur la sphère intestinale : dans les cas de colopathie, de dysbiose, mais il est également efficace pour les maladies inflammatoires et dégénératives. La glycine a une action protectrice anti stress, elle facilite le sommeil. Tandis que la gélatine est très bénéfique dans les cas d’arthrite.

 

Comment se reminéraliser… et quelques conseils pour prévenir l’ostéoporose :

Avant toue chose : vérifiez personnellement que vous tolérez bien les aliments conseillés ci dessous. Testez sur vous même, si un aliment ne vous convient pas, ne le consommez pas….

Pour se reminéraliser, il s’agit avant tout d’augmenter nos apports en calcium, magnésium et silice dans notre alimentation. Le calcium aide à renforcer et à durcir nos os, la silice apporte de l’élasticité à nos articulations.
Mais le plus important, c’est notre équilibre alimentaire global.
Les légumes verts particulièrement riches en magnésium et silicium jouent un rôle très intéressant.

  1. Consommer 1 ou 2 bols de bouillon de poule tous les jours ! Le boire tel quel ou l’utiliser pour la cuisson du riz, des pâtes…
  2. Privilégier les cuissons longues type pot-au-feu, en ajoutant du vin (ou toute autre source d’ acide : oseille, vinaigre, citron…) dans l’eau de cuisson (= viande avec ses os, poisson avec ses arêtes).
  3. Consommez en moyenne par jour : uniquement si vous tolérez bien les produits laitiers et/ou s’ils sont adaptés à votre profil alimentaire
    • 1 part (30 à 40 g) de fromage à pâte dure type comté ou parmesan (ou tomme brebis ou de chèvre)
    • et/ou 1 produit laitier (yaourt, fromage blanc)
  4. Augmenter la consommation de légumes verts à environ 400/500 grammes / jour :
    – Ils sont riches en vit. B9 et acide folique
    – Légumes crus (si bien tolérés 😉) et cuits aux 2 repas principaux.
    – Ajouter de l’huile de noix et de l’huile de colza (riches en oméga 3) dans les salades.
  5. Choisir chaque jour au moins un légume très riche en calcium :
    = légumes de la famille des choux, salades vertes, fenouil.
  6. Remplacer le pain blanc par du pain semi complet ou du pain de seigle au levain (pauvre en acide phytique et riche en magnésium).
  7. Remplacer les céréales raffinées par des céréales semi-complètes. Le sarrasin est très riche en magnésium.
  8. Consommer au moins 1 fois par semaine des légumineuses :
    = en salade, dans les soupes, en association avec les céréales.
  9. Remplacer le sucre blanc par du sucre intégral de canne ou de la mélasse (à utiliser toutefois avec parcimonie ! 😉)
    Remplacer les sucreries par des fruits secs.
  10. Consommer régulièrement des graines oléagineuses (sésame, amandes, noisettes…) :
    Elles comportent de bonnes graisses originelles (acides gras polyinsaturés).
    • surtout le sésame +++ : les graines doivent être moulues, ou mélangées à du sel (= gomasio), ou en purée (tahin)
    • entières ou effilées dans les salades ou les desserts
    • en guise de collation
    • sous forme de purée à tartiner sur le pain ou dans les sauces (vinaigrettes…)
  11. Consommer régulièrement des fruits séchés :
    Surtout les figues séchées +++
    • éventuellement mixés en purée sur le pain à la place d’une confiture
    • comme substitut du sucre dans les desserts
    • en guise de collation à la place de biscuits ou confiseries
  12. Consommer 2 à 3 fois par semaine du poisson dont au moins une fois un poisson gras (riche en vit. D)
    – consommer régulièrement des fruits de mer (une fois par semaine)
    – des sardines en conserve avec les arêtes of course😉

Quelques conseils supplémentaires :

  • prendre éventuellement en compléments alimentaires :
    vit D : pour renforcer nos os et fixer la calcium
    chondroïtine / glucosamine : pour la souplesse des articulations
  • boire 1 à 2 verres d’ eau riche en calcium au cours des repas : Hépar / Tallians (alterner)
  • saupoudrer les crudités et d’autres plats d’algues émiettées (éviter le soir : l’iode est stimulant et empêche de dormir)
  • introduire les orties et autres plantes sauvages comestibles riches en calcium et en silice (à consommer en soupes et en tisanes) : orties / prêle / bourrache / consoude / baie d’églantier (cynorrhodon)
  • Saler peu car l’excès de sel entraîne une augmentation de l’excrétion urinaire du calcium
  • Limiter les apports en protéines : viande ou poisson une seule fois par jour (un excès en protéines entraîne une augmentation de l’excrétion urinaire du calcium)
  • Remède de grand mère 😉 : faire tremper toute une nuit un oeuf dans un jus de citron, et le lendemain matin, boire le jus de citron
  • Ne pas abuser du café ni du thé
  • Eviter les de boissons riches en phosphore (soda au cola par ex), leur excès entraîne une augmentation de l’excrétion urinaire du calcium

Les causes principales de la déminéralisation :

  • une alimentation non ressourçante (chimique, industrielle, comportant trop de sucres, trop de graisses de mauvaise qualité, trop de produits laitiers ) et très acidifiante.
  • le stress +++ également à l’origine de l’acidification du terrain
  • le manque d’activité physique régulière, qui fait aussi du bien au moral 😉
  • pour les femmes, le dérèglement hormonal au moment de la ménopause (favorisant le risque d’ostéoporose)
  • l’âge

Rappels sur l’assimilation du calcium et sur l’équilibre acido-basique :

Pour que nos os soient en bonne santé, il leur faut du calcium, du phosphore, du magnésium et de la silice. Or on ne trouve pas de magnésium et de silice dans le lait, ni dans la viande. Ces minéraux sont en revanche très présents dans les légumes verts, les graines oléagineuses, et les céréales complètes ou semi complètes.

  • Il vaut mieux éviter la consommation excessive de laitages, elle n’est pas bénéfique pour notre santé : les yaourts, les fromages non affinés et le fromage blanc sont trop acidifiants. Ils contiennent non seulement du calcium mais aussi des graisses (lipides) et des protéines.
  • Que se passe-t-il concrètement dans notre corps ? L’os sert de « réserve minérale » à tout notre organisme. Or si l’organisme est trop acide, l’acidité va détruire le calcium et le magnésium présents dans nos os…. En outre, tous les déchets (provenant des sucres, des graisses, protéines…) sont acidifiants. Par conséquent, si on mange trop de graisses, de sucres, et/ou de protéines, nous accumulerons trop de déchets, et acidifierons à la longue notre terrain. Les minéraux – dont le calcium –  ont la vertu d’alcaliniser nos déchets acides. Donc, plus on a de déchets, plus notre organisme devra puiser dans le calcium de nos os pour rétablir l’équilibre acido-basique… Mais nos réserves minérales ne sont pas illimitées !!
  • Il faudra éviter par exemple l’abus des combinaisons alimentaires suivantes (aliments acidifiants, qui ne contiennent ni fibres ni minéraux) : pain blanc + fromage + charcuterie – steak + frites – pain blanc + beurre + confiture.
  • Attention également à ne pas surdoser votre alimentation en calcium : cette surcharge peut être mal assimilée au niveau intestinal.

Et bien sûr pour la santé de nos os – et de notre corps – il faut bouger !!! 😉

 

 

Comme toujours, tout est une question de bon sens, d’équilibre et d’écoute de soi. 🙏

 

Je remercie tout particulièrement Brigitte Fichaux pour ses cours passionnants de « diététique autrement » et de cuisine santé et pour tous ses précieux conseils. 😊

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *