La posture du Lion fait partie de la famille des extensions de la colonne vertébrale.

 

 

Description de la posture :

Assis dans la position de Vajrasana (= posture du Diamant), les fesses sur les talons, les mains posées devant les genoux, ou sur les cuisses (ces deux variantes sont possibles), les doigts tournés vers soi, on lève le menton le plus loin possible vers l’avant, puis on lève les yeux vers le haut, en visant un point entre les sourcils (impossible de ne pas loucher,  donc 😉), on ouvre la bouche et… on tire la langue en la poussant le plus loin possible vers l’avant en prononçant  un long Hâââââ fort et clair.

Sur le plan symbolique :

Narasimha, homme à tête de lion, quatrième avatar (= incarnation) du dieu Vishnou, réussit à vaincre le roi des démons.
Cette posture “sonore” encourage à exprimer sa propre vérité, de façon claire et  articulée. Grâce au “rugissement du lion”, la posture agit sur Visshudda Chakra, le centre énergétique qui correspond à  l’écoute, à l’expression et à la communication ; elle nettoie alors les poumons et la gorge de tous les mots retenus, de tous les pleurs ravalés…

“Si le yogi acquiert le courage du lion“, écrit Clémentine Erpicum, “et la faculté de rugir sa vérité, il doit aussi apprendre à desserrer les griffes et relâcher sa prise“.

 

 

Comment prendre la posture :

Les descriptions sont celles d’André Van Lysebeth.

Etape 1 :

A partir de la posture du Diamant, on écarte largement les genoux, on soulève un pied et on le croise sur le tendon d’Achille de l’autre pied. On pense à bien appuyer l’anus à cet endroit, créant ainsi une bonne pression dans la zone du périnée.

 

Etape 2 :

On place les mains sur les cuisses : les pouces sont orientés vers l’extérieur, les doigts joints s’approchant le plus possible du pli de l’aine. Le pli des coudes est orienté vers l’avant. Attention à ne pas laisser les doigts s’écarter ! 😉

 

Etape 3 :

On contracte les muscles du périnée (Mulabandha), on ajoute la rétraction et de la sangle abdominale à poumons vides (Uddhyana Bandha), puis on contracte fortement les muscles du cou, du visage, des mâchoires et de la gorge

Pour en savoir plus sur les Bandha : lisez mon article.

 

Etape 4 :

On expire en rapprochant le menton du sternum, on reste en rétention de souffle poumons vides et on pousse alors le menton vers l’avant et vers le haut en tirant la langue et en écarquillant les yeux et en visant le point entre les sourcils….
On inspire, pus en expirant, on rugit tel le lion en poussant un long Hââââââ !! 😉

 

 

Simha Kriya, l’acte du Lion :

L’exercice de la bouche et de la langue sans la posture est un Kryia (= technique de nettoyage et de purification).
On peut le pratiquer à n’importe quel moment de la journée.

  • les indications relatives aux yeux demeurent inchangées.
  • on pousse de toutes ses forces la langue contre le voile du palais.
  • on maintient la pression en inspirant.
  • à poumons pleins, on ouvre brusquement la bouche et on projette la langue comme un ressort le plus loin possible vers le menton.
  • en expirant, on émet un long Hâââââ en produisant une vibration dans le fond de la gorge qui soit perceptible pendant l’émission du son.
  • à poumons vides, on ferme la bouche.
  • on ré-inspire et on presse de nouveau la langue contre le palais.
  • on répète ceci une dizaine de fois.
Variantes :
  • en s’asseyant sur les talons dans la posture du Diamant (Vajrasana) : c’est plus facile pour les chevilles…
  • en posant les mains devant les genoux, sur le sol (au lieu de les poser sur les cuisses) : c’est plus facile pour les épaules et les poignets…
  • en respirant en Ujjayi (le souffle victorieux).

 

Effets de la posture :
  • sur les muscles du cou, du visage et de la mâchoire : il est rare que ces muscles soient contractés à fond. La posture active la circulation sanguine dans tout le visage et le cou, et agit comme un automassage facial.
  • sur les muscles des yeux : l’écarquillement maximal des yeux et la convergence oculaire – soit entre les deux yeux, soit vers le bout du nez – met en action les muscles des globes oculaires, ce qui tonifie leur musculature. Ceci est excellent pour les yeux.
  • sur les muscles de la bouche : l’ouverture maximale de la bouche reproduit en partie le bâillement, action réflexe qui provoque une détente immédiate. Les muscles du front sont tonifiés, avec également une action anti-rides. 😉
  • sur les amygdales : la posture draine la lymphe dans les nodules lymphatiques répartis dans la gorge.
  • sur les glandes salivaires : Simhasana procure un massage interne de nos glandes salivaires.
  • sur les ligaments des poignets et des doigts : la posture permet de les assouplir.
  • sur les articulations du bassin et en particulier sur l’articulation coxo-fémorale : la posture assure la mobilité du bassin, évitant ainsi le risque de lombalgie chronique et de douleurs lombaires.
  • sur le coccyx : la posture peut remettre en place un coccyx légèrement déplacé.
  • sur les glandes endocrines : grâce à la compression de la zone du périnée autour de l’anus et grâce à la contraction des muscles du périnée (= Mulabandha).
  • sur la virilité et l’énergie sexuelle de l’homme.

 

Contre indications :
  • en cas de goitre
  • en cas d’hyperthyroïdie

 

Cette posture me fait toujours beaucoup rire !

 

Bibliographie :

– Recueil de postures, Revue Française de Yoga n° 20, juillet 1999

– Encyclopédie du Yoga, de André Val Lysebeth

Le Chien tête en bas, de Clémentine Erpicum

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *