Parce que la méditation est un entraînement de l’esprit qui demande à être répété et répété et répété encore !! 😉 😊

J’aime beaucoup la parabole et le dessin symbolique du chemin de Samatha, qui orne de nombreux temples bouddhistes, comme ceux que j’ai visités au Ladakh (Inde du  Nord).

Le but de la méditation

Le terme « Samatha » (en pali et en sanskrit) désigne dans le bouddhisme la « tranquillité de l’esprit », la « quiétude », « le fait de demeurer en paix ».
C’est par extension la première étape des pratiques de méditation bouddhique permettant de développer cet état. La seconde étape de la méditation bouddhique est la pratique de « Vipassana », qui signifie la « vue profonde » (d’après Wikipedia).

D’après le bouddhisme, l’état naturel de notre esprit est calme et clair, mais, pour autant, nous sommes souvent pris par une agitation mentale : la méditation est alors un moyen d’entraîner notre esprit pour l’installer dans cet état de calme.
Notre première raison de méditer n’est elle pas de souhaiter nous libérer de l’agitation de notre mental ?

Pour cela, il faut d’abord ralentir et faire l’expérience de notre esprit tel qu’il est. Au cours de ce processus d’observation que nous offre la méditation, on découvre comment notre esprit fonctionne. On voit que, quel que soit l’état dans lequel se trouve notre esprit – pris par la colère, ou bien le désir, la peur, le doute, la jalousie, l’angoisse… – on a le choix : on n’a pas besoin d’agir en suivant chacune de nos pensées. On peut prendre du recul face à nos pensées et à nos émotions, pour trouver, petit à petit, le calme : c’est l’effort de la conscience qui permet cette transformation et ce changement de point de vue.

Un esprit non entraîné est faible et rigide, tandis qu’un esprit entraîné est fort, souple et malléable. Grâce à la méditation, il est possible d’entraîner notre esprit à être plus souple et en harmonie avec ce qui se passe réellement ici et maintenant.

En tant que cycle évolutif permettant une évolution vers plus de conscience, la méditation suppose un certain nombre d’étapes successives.
C’est le sens du sentier de Samatha : ce sentier bien balisé comporte 9 étapes décrites à l’aide d’un dessin symbolique.

La signification des symboles :
  • le moine représente le méditant,
  • l’éléphant représente l’esprit que l’on cherche à apprivoiser.
  • L’esprit rencontre des obstacles : le singe (c’est-à-dire l’agitation mentale) et la noirceur de l’éléphant (= l’opacité mentale).
  • les moyens à disposition du méditant sont 2 objets qu’il tient dans ses mains : la torche, symbole de l’attention, et une corde, qui symbolise le « rappel » : c’est ce qui permet au méditant de revenir à l’état d’attention par des rappels constamment répétés.
  • le petit lapin blanc représente la conscience

 

Au départ, l’éléphant et le singe (représentant le mental agité) sont loin devant le moine.
Puis le rythme se ralentit, et petit à petit, le signe n’entraîne plus l’éléphant.
Au troisième virage, le moine rencontre le lapin blanc, symbolisant la conscience.
Puis, au fur et à mesure que le méditant gravit le chemin, son esprit se calme: le singe disparaît et l’éléphant devient de moins en moins sombre, pour devenir complètement blanc à la fin du sentier.
Au quatrième virage, le singe a disparu, tout comme le lapin : l’éléphant est devenu blanc comme le lapin. Cela veut dire que la conscience a pris le dessus sur le mental, que le moine maintenant est dans un état de conscience calme et non plus dans l’agitation mentale.
La scène devient maintenant de plus en plus paisible.
A la fin, le moine est sur l’éléphant : c’est lui qui a la maîtrise de son esprit, et non l’inverse (comme au début). Il y a union entre le moine et l’éléphant : ils sont comme deux compagnons vivant en bonne entente l’un avec l’autre.

Le passage de la noirceur à la blancheur indique que la torpeur, l’aveuglement et l’agitation de l’esprit ont laissé la place à une sensation d’apaisement, de lucidité et de calme : c’est l’état naturel de l’esprit que l’on retrouve grâce à la méditation, et qui peut aller jusqu’à la transparence totale, représentant la vacuité fondamentale, ou l’état de « bouddha » (= éveil, illumination).

 

La méditation nous permet d’acquérir une maîtrise sur notre esprit, mais aussi sur notre corps grâce au contrôle des perceptions de nos cinq sens.

La méditation est non seulement un moyen de maîtrise de soi, mais aussi un chemin de libération.

 

 

 

Source : http://www.corps-esprit.net/article-le-sentier-de-samatha-74491780.html

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!