J’aime guider le nidra… j’ai l’impression d’accompagner un groupe de voyageurs dans un autocar en route vers l’exploration de territoires inconnus…. C’est vous qui voyagez, moi je veille à ce que tout se passe bien pendant votre voyage… 😌

 

« Apprenez à dormir… pour vous éveiller ! » 😌

« Différent des trois états habituels est la quiétude qu’on appelle Turiya[1]  ; alors seulement la Nidra omniprésente sous la forme de pure conscience illumine l’Être
Yoga Taravali[2]

Le Yoga Nidra est une pratique très ancienne d’origine tantrique, décrite dans de nombreux textes upanishadiques ou tantriques (comme Yogataravali, Mahanirvana Tantra…). Il agit comme un « tranquillisant yoguique » qui nous aide à harmoniser le conscient et l’inconscient.

L’inconscient emmagasine des expériences et les exprime par le biais de symboles ou de mythes : on y trouve des symboles personnels ET des symboles chargés d’un sens puissant commun à toute l’humanité depuis la nuit des temps (archétypes).

Le Yoga Nidra n’est pas une simple relaxation : c’est un état de relaxation plus profond que le sommeil (« nidra » signifie « sommeil »), qui implique un ralentissement de tout notre métabolisme. C’est une exploration des niveaux les plus profonds de l’inconscient. Pendant le Nidra, l’instructeur nous envoie un « rêve » : nous créons alors notre « rêve » selon les instructions de celui qui nous guide, avec des symboles chargés d’un sens universel puissant.

L’exercice, qui dure environ 45 minutes, procède par différentes étapes bien codifiées :

Préparation : Allongé dans la posture de « Savasana » (« cadavre »), on est encore dans l’état de veille, pour, petit à petit, se mettre dans un état d’immobilité, de confort, de silence et de calme physique et mental.

Relaxation de tout le corps pour relâcher les tensions physiques, mentales et émotionnelles.

Formulation du Sankalpa (ou résolution positive) : « ordre direct donné par le conscient au subconscient ». Cette forme d’autosuggestion doit être sentie, puis formulée en termes clairs, précis, positifs, avec force et conviction, dirigée vers un désir sincère de se réformer soi-même, vers un but positif pour notre vie entière. Le germe du changement formulé pendant le Yoga Nidra se réalisera ensuite dans la vie réelle, nous donnant la force de surmonter et de changer nos habitudes indésirables (« Samskaras »).

Rotation de la conscience : Grâce au retrait des sens (« Pratyahara »), on expérimente un voyage de la conscience dans le corps, une sorte de pèlerinage sensoriel, qui nous fait explorer un ensemble de sensations. On ramène toute notre attention dans le corps, en se focalisant sur tous les points de contact du corps avec le sol, puis sur la globalité du corps (cette sensation d’ancrage profond est très réparatrice). Cette étape s’effectue en 2 cycles (le second plus rapide que le premier). Le corps commence à s’endormir.

Prise de conscience de la respiration : Grâce à différents exercices, on porte toute notre attention sur la respiration (comptage, respiration polarisée alternée…), on se relie au souffle-énergie de vie.

Développement des perceptions des sensations : lourdeur, légèreté, froid, chaud, douleur, plaisir…

Visualisation d’images/symboles : cette étape – qui ne peut fonctionner sans les étapes précédentes – est la plus importante : c’est la phase du rêve. C’est le moment où l’instructeur de Yoga Nidra envoie un rêve dans l’inconscient du pratiquant. Ce sera toujours un rêve archétypal. L’instructeur envoie tantôt des images et des symboles sous forme de défilement rapide, tantôt sous forme d’histoires, de scènes, de voyages intérieurs, de rêves éveillés… C’est un peu le « voyage organisé » du mental ! Puis le pratiquant va s’emparer ou non du rêve… Il fera circuler sa conscience à travers des images et des pensées choisies, dans le but de désactiver leur puissance de dispersion.

Répétition de la formulation du Sankalpa (exactement la même qu’au début de l’exercice).

Fin : On se prépare à quitter l’exercice en procédant par étapes pour réveiller le corps en douceur.

Yoga Nidra

« Apprenez à dormir… pour vous éveiller ! » Le dieu Vishnou dort, pendant son sommeil il rêve… et son rêve, c’est le Yoga Nidra

Les effets du Yoga Nidra :

réduit les tensions physiques (musculaires), mentales et émotionnelles (stress)
réduit l’anxiété
détend le cerveau
revitalise le système nerveux
améliore la qualité du sommeil
améliore les capacités d’apprentissage
éveille les forces de guérison
développe une meilleure relation à soi et aux autres
amène une plus grande harmonie dans notre être profond
nous permet de toucher des régions intérieurs insoupçonnées
nous procure une plus grande joie d’être


[1] Selon Vasugupta, « il y a, cependant, un quatrième état de la conscience, appelé Turiya. C’est la conscience du soi central ou Shiva dans chaque individu. Le Turiya est chidananda-conscience pure et béatitude. L’esprit de l’individu est conditionné par les énergies de vies antérieures. Lorsque les pratiques de yoga le libèrent alors qu’il est encore en vie, son esprit devient déconditionné, puis il atteint la conscience Turiya, et devient un Jivan Mukta (« libéré vivant ») ».

https://fr.wikipedia.org/wiki/Turiya

[2] Extrait du texte Yoga Taravali (25/26) de Shankara (VIIIème siècle)


Bibliographie

Bibliographie :

Yoga Nidra, par Swami Satyananda (éditions Satyanandashram, 1980)
Dieux et déesses de l’Inde, par Stéphane Guillerme (éditions Almora, 2011)


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *